Cat Ego Trip

Soulager les affections respiratoires du chat de façon naturelle

 Avant toute chose, il est important de faire diagnostiquer son animal chez un vétérinaire, surtout si le pronostic vital est engagé. La médecine naturelle n’est efficace et sans danger que lorsqu’il y a eu un bon diagnostic, et qu’il y a suivi vétérinaire. Parfois une médication allopathique se révèle plus que nécessaire. N’hésitez pas à en parler avec lui/elle. Il est aussi important d’éviter de dépasser la posologie pour ne pas mettre en danger l’animal, avec des effets trop puissants qui pourraient devenir toxiques. Et enfin, respecter bien le nom précis de l’espèce de la plante, ainsi que sa forme (huile essentielle, teinture mère, décoction etc.). Les chats sont des animaux plus que délicats, toutes ces précautions sont absolument nécessaires pour le bon déroulement de la thérapeutique. Les doses sont pour des animaux adultes. Pour les chatons, d’autres traitements ou une posologie très précise seront préconisées.

Affections respiratoires : bronchites, asthme, coryza ect.

En cas de coryza, de rhume, de bronchite passagère ou encore de crise d’asthme, vous pourrez aider votre animal grâce aux préparations que nous allons voir. Pour nos amis les chats, on privilégiera les inhalations avec des plantes ou des huiles essentielles, souvent plus simple à mettre en place. Attention de nombreuses huiles essentielles sont toxiques pour nos compagnons, à cause de leur métabolisme, il est donc important de s’assurer de son innocuité. Les traitements en interne sont aussi possibles, comme les sirops glycérinés, l’homéopathie ou les décoctions, mais ils pourront s’avérer plus délicats administrer. Si vous décidez de passer par cette forme galénique, le mieux sera d’incorporer les préparations dans la nourriture de l’animal. S’il boude, patienter quelques heures au moins, afin qu’il est vraiment faim. Et parfois, ça paye !

1/Les inhalations : Placer l’animal dans une petite place fermée comme un cagibi, la salle de bain, ou les toilettes et le laisser avec les vapeurs pendant 15min environ, jusqu’à une fois par jour au besoin. S’il n’y a aucune amélioration sous 3 ou 4 jours, il faudra changer de méthode et de préparation. Les produits à base de plantes, notamment les infusions et décoctions, doivent être préparés le jour même, car elles ne se conservent pas.

Préparation numéro 1 :

Faire doucement bouillir dans une marmite une poignée de thym frais (une cuillère a soupe) ou une cuillère à soupe de thym séché avec 1 ou 2 l d’eau pendant 20min, puis placer la décoction dans le petit local. Il est antitussif, expectorant, antiseptique et antispasmodique.

Préparation numéro 2 :

Prendre une cuillère à soupe d’eucalyptus radié, et une cuillerée à dessert de bourgeons de pin. Faire bouillir 15min et placer la préparation où se trouve l’animal. L’appareil respiratoire de votre animal devrait être dégagé. A la suite, laisser l’animal au repos et au chaud.

2/En interne : On utilisera les mêmes précautions que pour les inhalations. Si vous devez faire des préparations à base d’eau, préparez les le jour même. Si au bout des 3 ou 4 jours il n’y a aucune amélioration, changez de préparation. Il est important de ne pas mélanger tous les traitements, afin de ne pas « surcharger » le corps de l’animal. Vous pouvez donc commencer soit par une préparation en interne, soit par une inhalation. Puis, au bout de 2 ou 3 jours, vous pourriez rajouter une deuxième préparation. Il est important de laisser le temps aux médecines naturelles d’agir et de laisser le temps au métabolisme de l’individu pour s’habituer. Prônez toujours la simplicité plus que la complexité. L’homéopathie peut être donnée en même temps que les autres thérapeutiques.

Préparation numéro 1 :

Hysope couchée ou Hysope officinal var decumbens en infusion peut s’avérer utile. Cette plante est principalement anti catarrhale, expectorante, antispasmodique. Pour cette infusion, porter un tout petit peu d’eau à ébullition, puis ajouter 5g (une cuillère  café) de plante séchée. Laisser infuser 15min, puis filtrer.

Ajouter la préparation sur le repas une fois par jour. On pourra rajouter une pincée de thym (une des spécialistes des voies respiratoires) et une pincée d’ortie (reminéralisante). Il est important que les infusions soient données juste après leur préparation pour pouvoir profiter de tous leurs bienfaits.

Préparation numéro 2 :

Au début de l’affection, il est possible de donner de la racine de réglisse en décoction. Pour cela, porter à une douce ébullition un petit peu d’eau et 5 g de racine séchée. Laisser bouillir 3 min, et l infuser sans feu 10 min. Cette préparation a une action antibactérienne, antivirale et immunostimulante. À mettre une fois par jour dans la nourriture.

Préparation numéro 3 :

Il est possible d’utiliser la propolis à raison d’une gélule par jour (ou 1 à 2 gouttes par jour) pour ses propriétés antimicrobiennes. À mettre dans la nourriture ou administrer par voie orale directement.

Préparation numéro 4 :

L’utilisation de plantain en infusion sera aussi possible. Pour cela, porter un petit peu d’eau à ébullition, mettre 5 g de plantain séché ou 10 g de plantain frais et laisser infuser 15 minutes. De plus, c’est une plante facile à trouver et à identifier. Par voie orale ou dans la nourriture une fois par jour.

Préparation numéro 5 :

Lors de crise, notamment avec spasme, on pourra utiliser l’homéopathie. On peut mettre dans un peu d’eau : cinq gouttes de SANTA-HERBA LEHNING, et répéter tous les quarts d’heure jusqu’à l’arrêt des symptômes.

En traitement de fond, on pourra administrer 15 minutes avant le/les repas, une goutte par kilo de cette préparation :

PETASITES OFF. 4dh, à raison de 125ml + HYSSOPUS OFF. Teinture mère, jusqu’à faire ½ de la préparation.

SCUTELLARIA GALERICULATA en teinture mère pour l’autre ½ de la préparation.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est cute-grey-cat-1024x707.jpg.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.